Lancer un observatoire local : objectifs, échelle, méthodologie

Aujourd’hui plus que jamais, les données locales sont multiples, disponibles et actionnables. Les collectivités reconnaissent l’intérêt d’exploiter ces données locales : 95 % des collectivités pensent que les statistiques locales sont essentielles dans la construction des politiques publiques*. Pourtant, 88% d’entre elles rencontrent des difficultés face à ces données locales, notamment car elles sont trop nombreuses et qu’il est difficile de s’y retrouver.

Structurer un observatoire à l’échelle locale peut ainsi être une réponse efficace aux difficultés rencontrées par les acteurs locaux.

Retour sur les modalités et points de vigilance à avoir à l’esprit dans la création d’un observatoire local avec les experts data d’Ithéa Conseil.

L’observatoire local : une plateforme unique pour comprendre un territoire

L’observatoire local présente l’avantage d’être une plateforme unique de référence pour une collectivité sur laquelle l’on peut se rendre de manière illimitée pour consulter les données locales.

Quatre grands objectifs des observatoires locaux pour les collectivités :

  • Être une ressource clé pour alimenter les diagnostics et études de la collectivité ;

  • Aiguiller les décisions des élus pour adapter les politiques publiques aux réalités des besoins de la population ;

  • Donner de la matière pour défendre les intérêts de sa collectivité auprès des financeurs ;

  • Apporter du contenu objectivé aux discours des élus.

Les différents types d’observatoires locaux

Un observatoire local peut s’envisager à différentes échelles :

  • Départementale : les départements disposent d’un nombre important de données disponibles et inédites notamment sur les aides sociales distribuées, sur la voirie, sur les espaces naturels… (ex : Conseil départemental de la Haute-Savoie) ;

  • Intercommunale : les EPCI structurent également des observatoires locaux à leur échelle, notamment pour alimenter leur politique de la ville (ex : CA de Gap-Tallard-Durance) ;

  • Communale : les communes ayant un niveau d’ingénierie suffisant se lancent aussi parfois dans des démarches d’observatoire local (ex : Commune de Savigny-le-Temple).

A noter qu’il est toujours intéressant de pouvoir comparer les données du territoire à un (ou des) territoire(s) similaire(s) , quelle que soit l’échelle à laquelle l’observatoire est construit.

Certains observatoires locaux sont spécialisés sur une thématique particulière (ex. santé, logement …), la tendance est toutefois à la création d’observatoires locaux globaux portant sur la démographie, comme sur l’économie du territoire ou encore sur le pouvoir d’achat de la population.

Méthodologie et points de vigilance pour la réussite de l’observatoire local

A noter que 79 % des répondants à la Grande Enquête « Usage des données locales » estiment que les collectivités manquent de compétences pour traiter et analyser les données locales. Ainsi, elles décident souvent de se faire accompagner dans la démarche de création d’un observatoire local par des bureaux d’études/cabinets de conseil.

Les étapes (et points de vigilance !) incontournables pour réussir son observatoire local :

1. Bien comprendre les futurs usages de l’observatoire local. Il est essentiel de commencer la démarche par une rencontre avec les différents types d’usagers futurs de l’observatoire local (élus, agents, partenaires) afin de bien calibrer l’offre de données et la trame de l’observatoire.

2. Construire un système d’information fiable et facile d’accès. Le système d’information qui est construit pour collecter et traiter les données locales doit être fiable et clair pour une bonne prise en main par les différents acteurs amenés à y travailler. Il est aussi important qu’il soit facilement transférable et actualisable.

3. Proposer des outils adaptés à différents publics pour différents usages. Afin de s’adapter aux besoins de chaque type d’usagers de l’observatoire, il est pertinent de proposer différents types de visualisation des données locales tels que des cartographies, des fiches thématiques, des fiches de synthèse territoriale (à l’échelle des QPV par exemple), un rapport complet général avec des clés de lecture et commentaires sur les données locales… Cette diversité des « livrables » de l’observatoire permet une prise en main optimale par les usagers de l’observatoire local. Pour cela, il est aussi important de présenter les données de façon attrayante, pédagogique et lisible par tous.

4. Animer l’observatoire du territoire. De l’identification des données à intégrer à l’observatoire à la diffusion des travaux, la démarche d’observation implique un travail en lien étroit et régulier avec les partenaires et les principaux intéressés. Ainsi, il est important de créer les bonnes conditions pour pérenniser la dynamique partenariale qui fait vivre l’observatoire du territoire par des temps de réflexion communs, des ateliers de travail …

Si vous souhaitez échanger sur les diagnostic avec le cabinet de conseil Ithéa Conseil, n’hésitez pas à nous contacter.

*Données issues de la Grande Enquête « Usages des données locales » à laquelle ont répondu 1 710 collectivités (élus, agents…) en juillet et août 2019