Projection des effectifs scolaires : comprendre et ajuster son action

Projection effectifs scolaires - Ithéa Conseil

Du fait des évolutions démographiques, les effectifs scolaires du premier degré sont passés de 6 750 250 élèves en 2019 à 6 653 200 élèves en 2020 (-1,46%) (source : education.gouv.fr).

Cette évolution est marquée par :

  • la baisse des effectifs observée dans le secteur privé sous contrat et dans le secteur public
  • la stabilité des effectifs du secteur privé hors contrat
  • les taux de scolarisation des enfants de 2, 3 et 4 ans qui diminuent

Cette nouvelle donne démographique impacte les collectivités, qui doivent adapter leur offre scolaire. Dans ce contexte, la projection des effectifs scolaires devient un enjeu majeur.

La projection des effectifs scolaires : pourquoi la réaliser ?

La projection des effectifs scolaires permet :

  • D’avoir une vision à moyen et long terme des évolutions du nombre d’enfants scolarisés
  • D’anticiper les variations et les points de tensions sur les effectifs des écoles
  • D’adapter son action en conséquence

3 situations peuvent impliquer de s’engager dans une démarche de projection :

  • Des effectifs scolaires en baisse qui impose la fermeture d’une ou de plusieurs classes
  • Des effectifs scolaires en hausse, pour lesquels la capacité d’accueil des infrastructures scolaires devient trop limitée et imposent la création de nouvelles places
  • Un projet structurant à l’étude (création d’un lotissement, rénovation d’équipements scolaires…)

La projection des effectifs scolaires : quelle nécessité ?

La projection des effectifs scolaires recherche l’équilibre entre les besoins de scolarisation et les capacités d’accueil existant dans les établissements. Tout simplement, cet outil permet d’anticiper le dimensionnement des infrastructures scolaires d’ici à 10 ans.

La projection des effectifs scolaires : les facteurs qui influent la population scolaire

3 types de facteurs doivent être pris en compte dans la projection des effectifs scolaires.

1. Les facteurs démographiques : 

  • L’évolution des naissances
  • La mobilité des parents (raisons professionnelles, choix résidentiels…)
  • Le nombre d’enfants dans chaque classe par niveau

2. Les flux internes à l’école : 

  • Les flux entrants (première inscription dans une école publique de la commune de l’enfant habitant le secteur, inscription suite à l’arrivée dans le secteur…)
  • Les flux internes (passage de niveau de la petite section à la grande section, redoublement…)
  • Les flux sortants (radiation pour scolarisation dans le privé, passage de la maternelle à l’élémentaire et de l’élémentaire au collège…)

3. Les éléments de contexte à la collectivité

  •  L’offre de logements (construction de nouveaux lotissements, démolition…)
  • L’attractivité de l’école
  • La fermeture d’une école voisine…
 

La projection des effectifs scolaires : la méthodologie Ithéa 

 Notre méthodologie prend en compte :

  • Le Taux Apparents de Passage (TAP), qui consiste à comparer les effectifs d’une année sur l’autre à un niveau donné et à reporter la même proportion sur l’année d’après
  • La projection de logements, se basant sur des éléments de programmation des grands projets urbanistiques de la collectivité
  • Les réalités et spécificités de la collectivité ainsi que ses éléments de contexte

Dans son outil, Ithéa projette les effectifs scolaires en fonction des tendances des 10 dernières années (structure de la population, naissances, effectifs par classe, provenance géographique des élèves…) ajustées par l’intégration des projets de construction de nouveaux logements.