Les résidences secondaires

 

résidences-carte-ithea.png

En France, une résidence sur 10 est une résidence secondaire, c’est-à-dire un logement utilisé pour les week-ends, les loisirs ou les vacances. La cartographie de la part des résidences secondaires dessine très nettement deux France, l’une particulièrement attractive au Sud et l’autre moins prisée par les vacanciers au Nord. Une caractéristique qui a de nombreuses conséquences pour les territoires et leurs populations.


Tableau-residences-ithea.png

La cartographie de la part des résidences secondaires dessine très nettement deux France, l’une particulièrement attractive au Sud et l’autre moins prisée par les vacanciers au Nord. La différence entre les territoires littoraux et les zones plutôt éloignées de la côte est également très nette. La Bretagne se différencie en ce sens des autres territoires de la France septentrionale.

Les facteurs explicatifs de ces disparités ont notamment trait à l’accessibilité des territoires en question. La distance de la capitale (en temps de trajet) est une des variables clés pour comprendre le taux de résidence secondaires. Les résidences secondaires se situent plus souvent dans une commune rurale ou dans une petite unité urbaine (moins de 100 000 habitants), dans quatre cas sur cinq.

La présence très marquée de résidences secondaires a de nombreuses conséquences pour les territoires. La saisonnalité du tourisme conduit à des phénomènes de « villes aux volets fermés », de « villes fantômes » en dehors de la période estivale avec des commerces et services qui ferment parfois leurs portes. Un phénomène qui tend à rendre le territoire moins attractif pour des jeunes actifs et contribue donc au vieillissement de la population. La forte présence de résidences secondaires a aussi d’importantes conséquences sur les prix de l’immobilier, ce qui auto-entretient les phénomènes précédemment cités : fuite des jeunes, vieillissement et manque de dynamisme hors saison estivale.

Cette donnée est l’une des nombreuses données dont les collectivités peuvent se saisir pour cerner leur potentiel touristique, préalable essentiel à toute réflexion sur la stratégie touristique ou à une démarche de schéma de développement. Il est également possible de mener une première analyse du caractère touristique du territoire au travers des emplois présents sur ce dernier : une part importante de ces derniers dans l’hébergement et la restauration témoignera par exemple d’un important potentiel touristique.

Ces données sur le tourisme sont disponibles au sein du Portrait Croisé.

 
Ithéa Conseil