La population mariée en France

 

visuel-mariages.png

Cette semaine, l’Observatoire d’Ithéa s’intéresse au mariage. On se marie de moins en moins dans l’hexagone... La population de 15 ans ou plus mariée est passée de 47% à 44% de 2010 à 2015. Les territoires les plus urbanisées (en lien avec un profil plus jeune de la population, l’activité professionnelle des femmes, les valeurs attachées au mariage…) enregistrent souvent des parts de personnes mariées plus faibles. Le département où « l’on est le plus marié » ? La Vendée !


Part et classement de la population mariée en France

Un des changements sociaux les plus marquants des dernières décennies est sans doute le recul du mariage. Entre 2010 et 2015, la part de la population mariée baisse en effet de 3,5 points, et tombe à 44%. Cette évolution est liée à une diversification des modèles de vie conjugale, avec une augmentation du concubinage, du célibat, mais aussi des divorces, qui sont de moins en moins suivis de remariages.

Carte à l’appui, on constate que le mariage est loin d’être une réalité uniforme dans la France du XXIème siècle. On observe notamment deux grandes zones dans lesquelles la population mariée est particulièrement importante. La première englobe une partie des départements des Pays de la Loire et de la Normandie, la seconde une partie de l’Auvergne-Rhône-Alpes et de l’Occitanie. Divers facteurs permettent d’expliquer ces disparités : l’activité professionnelle des femmes (souvent corrélée à une plus grande désaffection à l’égard du mariage), l’âge moyen sur le territoire…

Pour aller plus loin, il est également intéressant d’observer la répartition des familles par type, afin de mettre en lumière les ménages en potentielle situation de fragilité socio-économique. L’augmentation du nombre de divorces provoque en effet une forte augmentation du nombre de familles monoparentales, qui connaissent souvent des situations de vulnérabilité accrue par rapport aux couples avec enfants : isolement du parent, ressources financières moindres, difficultés de garde du/des enfant(s)…

Pour les collectivités locales, de telles informations sont particulièrement intéressantes, car elles permettent de pointer les besoins en matière de soutien à la parentalité, de services aux familles, modes de garde… De nombreuses données sont disponibles à ce sujet, présentées de manière synthétique au sein du portrait croisé de territoire.

D’autres indicateurs sur la composition familiale dans le Profil Croisé.

 
Ithéa Conseil