L'ancienneté d'emménagement

 

Carte-Emménagement-Ithea.png

En France, les ménages restent environ 15 ans dans leur logement.

Néanmoins, la cartographie de l’ancienneté moyenne d’emménagement fait apparaitre une diagonale allant du Nord-Est au Sud-Ouest dans laquelle les ménages restent plus longtemps dans leur lieu d’habitation. Plus de 18 ans dans les territoires les plus ruraux : le Gers, la Haute-Marne, l’Aveyron ou la Corrèze pour n’en citer que quelques-uns.

Une connaissance fine des indicateurs liés au logement permet d’ajuster les politiques de l’habitat aux besoins des habitants.


Tableau-Emménagement-Ithea.png

La cartographie de l’ancienneté moyenne d’emménagement fait apparaître une diagonale allant du Nord-Est au Sud-Ouest, au sein de laquelle on vit en moyenne plus longtemps dans son logement qu’ailleurs sur le territoire métropolitain. Cette ancienneté varie en fonction de l’âge moyen des ménages (les plus jeunes, moins stabilisés dans leur vie professionnelle et familiale, sont en moyenne plus mobiles que les plus âgés), du statut d’occupation (les propriétaires changent logiquement moins de logement que les locataires) mais aussi en fonction de l’offre et du foncier disponible.

Le logement est une thématique essentielle pour les collectivités, révélatrice des caractéristiques de la population. Par exemple, le type de logement ainsi que le nombre de pièces par résidence mettent en lumière la présence d’une architecture communale plus ou moins familiale. Un taux de vacance élevé est souvent caractéristique d’un enjeu de rénovation d’une partie du parc de logement, peu adapté à la structure de la population et/ou aux standards actuels. Le mode d’occupation des logements donne des indications sur le niveau de fragilité de la population communale, les propriétaires connaissant des niveaux de fragilité moindres que les locataires et ménages hébergés à titre gratuit.

Ces données sont importantes à avoir en tête pour les collectivités, et l’ancienneté moyenne d’emménagement donne notamment des indications intéressantes sur le niveau de renouvellement de la population. Les politiques de l’habitat et du logement menées sur les territoires (dont la typologie des logements retenue dans le cadre des Plans Locaux d’Urbanisme) ont un impact important sur le parcours de vie des ménages. La connaissance des dynamiques démographiques permet d’alimenter la réflexion en amont de ces grandes décisions, de manière à ajuster l’urbanisme aux besoins.

D’autres indicateurs sur le logement et les dynamiques socio-démographiques dans le Profil Croisé.

 
Ithéa Conseil